Et en parlant d’allergies …

Comme pour les allergies respiratoires, objets de mon dernier article, les allergologues considèrent que les huiles essentielles sont responsables de nombreuses allergies cutanées.

Il faut dire que certains composants biochimiques des huiles essentielles sont cités dans la liste des allergènes potentiels en cosmétique.

C’est le cas par exemple du linalol que l’on retrouve dans de nombreuses huiles essentielles :

– HE de petit grain bigarade (Citrus aurantium op feuilles)

– HE de thym à linalol (Thymus vulgaris CT linalol)

– HE de bois de Ho (Cinnamomum camphora CT linalol) qui en contient plus de 80%

– HE de lavande vraie (Lavandula angustifolia), qui en contient environ 35%.

Et pourtant, l’HE de bois de Ho est une grande huile essentielle pour la peau, et l’HE de lavande vraie est décrite comme l’une des huiles essentielles les plus douces. Certains auteurs proposent même de l’appliquer pure sur la peau (ce que je ne conseille pas pour ma part, car cela n’est absolument pas utile, voir même contreproductif pour les effets souhaités).

L’huile essentielle de lavande vraie n’est donc pas une huile essentielle allergisante, bien qu’elle contienne du linalol, composé potentiellement allergène. Comment expliquer ce paradoxe ?

Tout d’abord le linalol utilisé pour les études sur les allergies est le linalol que l’on retrouve dans de nombreux produits cosmétiques, mais aussi produits ménagers et d’hygiène. C’est un linalol de synthèse, non un linalol naturel comme celui que l’on retrouve dans les huiles essentielles.

Par ailleurs, lors des tests, ce linalol (de synthèse) est isolé et donc plus agressif que le linalol (naturel) que l’on trouve dans les huiles essentielles. En effet, dans ces dernières, le linalol est entouré d’autres molécules biochimiques qui viennent l’entourer, « l’arrondir ». Cet ensemble de molécules n’est pas perçu par l’organisme comme une agression.

C’est toute la notion du « totum », chère à Mr Michel Faucon dont j’ai suivi les cours avec assiduité et bonheur : pour qu’une huile essentielle puisse exprimer tout son potentiel aromatique et thérapeutique, elle doit être issue d’une distillation totale permettant d’obtenir la globalité de ses composés biochimiques.

Il est donc primordial de choisir son ou ses fournisseurs d’huiles essentielles avec le plus grand soin, des producteurs qui savent distiller les huiles essentielles dans les conditions adéquates permettant d’obtenir ce « totum » aromatique. Dans ce cadre, les allergies aux huiles essentielles restent peu nombreuses.

Bien sûr, il est toujours nécessaire de prendre quelques précautions si vous êtes susceptibles de faire des allergies. Pour cela il suffit d’appliquer une goutte de l’huile essentielle à tester dans le pli de votre coude et d’attendre 48h. En l’absence de réaction, vous pouvez utiliser l’huile essentielle.

Des huiles essentielles de bonne qualité peuvent alors vous permettre de fabriquer vous-mêmes vos cosmétiques et vos produits ménagers en vous affranchissant des composés de synthèse et donc d’éviter de potentielles allergies.

Et en parlant d’allergies …Et en parlant d’allergies …Certaines huiles essentielles ont même des vertus anti-allergiques. C’est le cas de l’huile essentielle d’estragon (Artemisia dracunculus). Mais ceci est une autre histoire … Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à vous inscrire à mes prochains ateliers sur les huiles essentielles dont vous trouverez toutes les informations sur ma page fb : www.facebook.com/LauretSens ou sur mon site www.lauretsens.com